Squiggles

Au commencement les cordes étaient tirées à partir d’un point d’attache, s’apparentant à une ligne de démarcation. Une ligne droite dont Tim Ingold fait l’icône virtuelle de la modernité, le triomphe de la pensée rationnelle et intentionnelle sur les vicissitudes du monde naturel. (in : une brève histoire des lignes).

Aujourd’hui, la corde est lancée, elle trace une ligne inattendue, elle surprend (« À quoi ça sert ? »), elle  incite à un aller-retour entre l’ordonnancement du paysage et le désordre de son dessin. Le trait est à l’écriture ce que le son est à la parole.

Le paysage se crée dans le moment et le lieu où le temps et l’espace s’absorbent, le griffonnage informel se trace dans ce moment où la pensée s’exonère de l’obligation de représentation ; l’un et l’autre amènent à un vécu de complétude solitaire.

Le squiggle, technique inventée par le pédiatre-psychanalyste anglais Donald Woods Winnicott,  pour entrer en contact avec des enfants en grande difficulté, consiste en un échange de tracés libres que enfant et thérapeute modifient tour à tour. C’est un support de la relation dans une aire transitionnelle qui introduit au plaisir du jeu et de la rencontre.

Aller au delà des moments de solitude du tracé, du déclenchement de l’obturateur, (instant décisif ?) telle est la fonction de ce gribouillage. Il adresse une interrogation inaugurant un échange.

Travail en cours, 2016-2017